educo.busqueda

Vous êtes le futur

Inclure des organisations à but non lucratif parmi les bénéficiaires de votre testament fera perdurer votre engagement solidaire envers les futures générations.

Faites durer votre engagement solidaire avec Educo

Faire un legs ou une donation au profit d’Educo c’est un geste généreux et solidaire. Les ressources économiques héritées seront destinées au financement de nos projets éducatifs afin de garantir à des milliers d’enfants une éducation qui leur permette d’améliorer leurs conditions de vie et de sortir de la pauvreté.

Pourquoi faire un legs à Educo ?

Parce que nous travaillons pour que tous les enfants :

  • Soient en bonne santé
  • Soient protégés
  • Jouissent pleinement de leurs droits
  • Puissent participer aux décisions qui les concernent

Comment puis-je inclure Educo dans mon testament ?
Que se passe-t-il si je ne fais pas de testament ?
Quels impôts devra payer Educo sur la succession ?
Dois-je modifier mon testament pour pouvoir inclure Educo ?
Je veux faire mon testament, mais je n'ai pas de conseiller juridique.

Je souhaite faire un legs solidaire

Vous avez le choix

Les ressources économiques héritées ainsi que celles que nous confient nos collaborateurs sont destinées au financement de nos projets éducatifs afin de garantir à des milliers d’enfants une éducation qui leur permette d’améliorer leurs conditions de vie et de remédier à leurs conditions de pauvreté.  

Si vous souhaitez laisser votre empreinte solidaire et continuer votre collaboration avec Educo au-delà du temps,
appelez-nous au  93 300 11 01 et demandez à parler avec Isabel Morejón. Vous pouvez aussi nous écrie un courrier électronique à  legados@educo.org

Contacto Legados Educo

Puedes ponerte en contacto con nosotros a través de nuestro correo electrónico o llamando

al número de teléfono 915 222 929

Nuestra compañera Isabel Morejón atenderá todas tus dudas.

Yvette laisse l’empreinte de sa générosité derrière elle

Certaines personnes ont un grand cœur.

Certaines personnes ont le cœur sur la main tout comme les personnes qui collaborent avec Educo. Et c’est le cas d’Yvette. Elle nous a soutenu pendant plus de 15 ans. Elle fut marraine de Virgilio et de Milagros, des Philippines et du Pérou, pendant toute leur éducation primaire et nous a légué une partie de son héritage pour faire perdurer son engagement. Nous avons l’honneur de partager avec vous l’hommage que lui ont rendu ses enfants.

Notre mère est née en 1927 à Nantes, dans la Bretagne française, et fut élevée par sa grand-mère qu'elle chérissait énormément. Elle eut une enfance et une adolescence difficiles en raison de la situation économique de sa famille et des vicissitudes historiques qu’elle dut affronter.

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale elle se rendit à Paris où elle connut Alfonso et avec qui elle se maria en 1948. Le couple emménagea à Madrid pour reprendre l’entreprise familiale et ils y demeurèrent jusqu'à la fin de leur vie. Elle prit soin d'une famille de cinq enfants et s’éteignit paisiblement à l’âge de 86 ans le 20 décembre 2013.

Aussi loin que l’on s’en souvienne, notre mère a toujours fait du bénévolat : comme assistante dans un hôpital, dans des cantines sociales, lecture aux enfants hospitalisés. Elle se préoccupait surtout pour les enfants, particulièrement pour les filles qui ne pouvaient pas aller à l'école, et qui par conséquent ne pouvaient pas s'épanouir pleinement et de façon indépendante, avec la possibilité de choisir et de s'intégrer dans la société.

C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’elle collaborait avec Educo. Cela devait sûrement aussi lui rappeler ce qu’elle avait vécu quand elle était petite. Elle considérait d’ailleurs qu’Educo répondait parfaitement à ce qu’elle voulait.

Un jour elle reçut un dessin en guise de remerciement de la part de l’un des enfants des communautés bénéficiaires pour l’aide qu’elle envoyait généreusement à Educo. Elle en fut très émue bien qu'elle n'ait pas besoin de cela pour savoir qu'elle faisait ce qui est juste. Mais cela lui prouvait quand même que ce qu’elle faisait arrivait bien aux enfants. Et ça la remplissait de joie.

C’est pour cela que nous, ses enfants, nous respectons ce geste de faire un legs à Educo, aussi modeste soit-il, pour continuer à contribuer à améliorer la vie des enfants. Nous sommes fières que notre mère ait toujours suivi ses valeurs et ses croyances pour aider ceux qui en avaient le plus besoin.
Merci pour tout, en notre nom, mais surtout au nom de notre mère.

Albert y Patrick
"...Mais tu n'es pas le Bon Dieu
    Toi, tu es beaucoup mieux,
    Tu es un homme..."

    Jacques Brel
 

Para un solidario y Joven octogenario

El gesto de Juan simplemente demuestra quién era, lo que pensaba y lo que sentía

Juan León Rodriguez fut parrain d'Educo pendant treize ans, de 1999 jusqu'en 2012. Après son décès, sa femme, Isabel Bohórquez Quirós, continua de parrainer une année de plus. Juan voulut nous léguer une partie de son patrimoine pour que nous le destinions aux enfants. Et il en fut ainsi. Ce legs a bénéficié de nombreux enfants. Mais ce qu’il laisse derrière lui va bien au-delà du temps et de l'argent. Ce geste solidaire a une valeur inestimable. 
 

Juan est né le 5 décembre 1922 à Ubrique, dans la province de Cadix. Ses amis et sa famille, avec qui nous avons parlé pour le connaître un peu plus, nous disent que c’était un homme modeste et que c’est un handicap à la main droite et le besoin de gagner sa vie qui lui ont donné l'esprit d'entreprise.
 
Le destin le porta à Ronda, une ville touristique très peuplé de la province de Malaga. « Ses débuts à Ronda ne furent pas faciles, il rencontra beaucoup de difficultés aussi bien économiques qu’affectives », nous confient ses amis, « c’est alors qu’il prit la décision de se consacrer au commerce d’articles cadeaux et d’objets de porcelaine ». Grâce à sa boutique et à son caractère « travailleur, infatigable, responsable, stable ainsi qu’à son grand esprit du sacrifice », au bout de quelques années il put construire son propre patrimoine.
 
Son immense curiosité et sa soif constante d’apprendre firent de lui une personne en apprentissage constant. À l’âge de 87 ans il prenait des cours d’informatique et lisait des biographies de personnages qu’il considérait exemplaires. Il a toujours eu beaucoup d’admiration pour les personnes avec des principes moraux et éthiques qui s’engageaient envers les autres. « Jusqu’à la fin de ses jours ce fut un jeune octogénaire » affirment ses amis et sa famille.
 
Sa famille l’a toujours soutenu, spécialement sa femme, Isabel, et son frère Miguel, un prêtre dont il était très fier pour son engagement envers les autres.  « Juan adorait aussi sa grand-mère, qui avait fait preuve de beaucoup d'amour et de tendresse envers lui et dont il conservait une photographie chez lui » nous disent-ils.
 
Le connaissant si bien sa famille et ses amis attribuent sa collaboration avec Educo « aux types de programmes menés à bien par l'ONG, le sérieux dont elle fait preuve et sa manière d'agir. Le geste de Juan démontre tout simplement qui il l'était, ce qu’il pensait et ce qu'il ressentait ». 

Elisa

Con la verdad por delante

Pendant plus de 15 ans, Elisa a collaboré avec Educo comme marraine, jusqu’à il y a deux ans, lorsqu’elle nous a quitté. Pendant tout ce temps elle a marrainé plusieurs enfants et s’est préoccupée pour le bien-être des enfants dans le monde. Sa solidarité était telle qu’elle décida de nous laisser un héritage. Grâces aux personnes de son entourage qui l’appréciaient nous avons pu en savoir un peu plus sur Elisa et dresser son portrait intime.

Elisa est née à Liérganes, dans la province de Santander, le 4 août 1929, mais c’est à Madrid où elle vécut toute sa vie.
Ses amis la définissent comme une personne très sincère. « C’était une femme qui défendait la vérité avant toute chose », nous expliquent-ils. Elle était aussi dotée d’une extrême générosité et ne lésinait pas si quelqu’un avait besoin de son aide. Aussi, ses amis affirment qu’ils pouvaient toujours compter sur elle en cas de besoin.
Ils nous disent aussi que c’était « une acharnée du travail, assistante sociale et surtout infirmière pour la Sécurité Sociale » un travail qui la passionnait. Elisa était heureuse de prendre soin des malades.
Religieuse et réservée, elle n’hésitait pas à donner son soutien à qui en avait besoin, et selon ceux qui la connaissaient, elle ne disait à personne à quel point elle était solidaire. Preuve en est que ce n’est qu’à sa mort que ses amis surent tout ce qu’elle faisait pour les autres.
C’est avec la même modestie que nous voulons nous souvenir d’Elisa, pour nous imprégner de sa générosité et la remercier de son geste ainsi que de celui de tous nos collaborateurs.

Libertad

“Una persona buena” Libertad siempre destacó por “un elevado sentido del civismo con los demás”

Libertad Alcaide fut marraine d’Educo pendant 15 ans, entre 1998 et 2013, lorsqu’elle dû arrêter sa collaboration, à un âge très avancé et après être tombée malade. Cependant, elle n’a jamais cessé de vouloir aider ceux qui en ont le plus besoin et c’est pourquoi elle décida de nous inclure dans son testament pour continuer de soutenir nos projets. Libertad nous a quitté en avril 2015, mais son empreinte solidaire perdure.
 
 
Libertad est née en juin 1931 à Requena (Valence). Juste deux mois après la proclamation de la 2ème République en Espagne et les idées républicaines de liberté et de fraternité, en plus de marquer son nom, l’accompagnèrent toute sa vie et marquèrent sa personnalité à tout jamais.
 
Après s’être mariée, elle déménagea à Barcelone avec son mari, où elle vécut la majeure partie de sa vie. À la mort de son mari, en 1993, elle décide de retourner vivre près de son frère Miguel et de sa famille dans la Communauté Valencienne. Quelques années après, elle décide de faire un pas de plus dans son engagement avec les personnes les plus défavorisées et commence à collaborer avec Educo comme marraine. Pendant ces années elle marraina plusieurs enfants et conserva dans son appartement de Valence les photographies et les travaux manuels qu’elle recevait périodiquement et qui lui rappelaient l’importance de sa collaboration pour améliorer les conditions de vie des enfants les plus vulnérables.
 
Les personnes de son entourage la définissent comme « une bonne personne, agréable et avec un grand sens de civisme à l’égard des autres ». C’est précisément cet esprit généreux et son attitude solidaire qui l’ont poussé à laisser une partie de son héritage à Educo. « Un acte de civisme en plus qui la caractérisait » affirme ses proches.
 
Avec ces quelques lignes nous souhaitons reconnaître son geste et lui transmettre, où qu’elle soit, notre plus sincère remerciement et celui des personnes qui ont bénéficié de son aide.
 

Ces crayons de couleurs
 
Erlinda était l’une des filles marrainées par Libertad. C’est aujourd’hui une jeune fille de 22 ans qui fait preuve de maturité et d’une grande capacité pour affronter les adversités de la vie. Depuis son domicile du Salvador elle nous explique comment toute petite elle a appris la valeur de l’effort. « Quand j’ai commencé à aller à l’école, ma mère me disait toujours : Je vais te laisser y aller jusqu’en troisième année et c’est tout », alors que moi je voulais avoir un diplôme. Le plus difficile ce fut la question économique, car mes parents, même s’ils voulaient que je reçoive une éducation, ne pouvaient pas assumer les frais de ma scolarité. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler quand je suis passée en quatrième année ». C’est juste à ce moment-là qu’Educo est entré dans sa vie. « ils nous ont donné du matériel scolaire, ils venaient et organisaient des journées consacrées à la santé, ils amélioraient l’école et regardaient toujours si nous avions besoin de quelque chose. C’est ce qui m’a fait continuer l’école. »
 
Entre 2005 et 2010, pendant son enseignement primaire, Erlinfa fut marrainée par Libertad. « Ce fut pour moi un privilège d’être marrainée, car ces crayons de couleurs, ces taille-crayons, ces journées de santé, furent une bénédiction. Educo a bâti un pont pour que je puisse aller de l’avant, ils m’ont aidé à réussir ». Grâce à sa ténacité et à ses efforts, Erlinda a terminé son enseignement secondaire et son baccalauréat. Elle travaille actuellement comme secrétaire pour une entreprise et poursuit ses études de Sciences Juridiques à l’Université. Elle veut devenir avocate pour aider sa communauté à défendre ses droits, et surtout, elle veut montrer l’exemple aux enfants qui vivent dans des conditions de pauvreté semblables aux siennes et leur montrer que, en faisant des efforts, ils peuvent aller très loin.
 
Lorsqu’elle se tourne vers le passé, Erlinda a des paroles de remerciements pour Libertad : « Cette grande personne sera récompensée pour toutes les bonnes choses qu’elle a fait. J’apprécie vraiment le sacrifice qu’elle a fait pour moi ». L’argent que nous a laissé Libertad dans son testament sera dirigé à soutenir les droits des enfants qui, comme Erlinda, vivent dans des conditions difficiles et n’ont pas accès à une éducation de qualité.

Preocupada por el bienestar de los niños

durante esos viajes descubrió, en algunos de los países que visitó, la pobreza en la que se ven obligados a vivir tantos niños y niñas y decidió hacer algo

Libertad Alcaide fut marraine d’Educo pendant 15 ans, entre 1998 et 2013, lorsqu’elle dû arrêter sa collaboration, à un âge très avancé et après être tombée malade. Cependant, elle n’a jamais cessé de vouloir aider ceux qui en ont le plus besoin et c’est pourquoi elle décida de nous inclure dans son testament pour continuer de soutenir nos projets. Libertad nous a quitté en avril 2015, mais son empreinte solidaire perdure.
 
 
Libertad est née en juin 1931 à Requena (Valence). Juste deux mois après la proclamation de la 2ème République en Espagne et les idées républicaines de liberté et de fraternité, en plus de marquer son nom, l’accompagnèrent toute sa vie et marquèrent sa personnalité à tout jamais.
 
Après s’être mariée, elle déménagea à Barcelone avec son mari, où elle vécut la majeure partie de sa vie. À la mort de son mari, en 1993, elle décide de retourner vivre près de son frère Miguel et de sa famille dans la Communauté Valencienne. Quelques années après, elle décide de faire un pas de plus dans son engagement avec les personnes les plus défavorisées et commence à collaborer avec Educo comme marraine. Pendant ces années elle marraina plusieurs enfants et conserva dans son appartement de Valence les photographies et les travaux manuels qu’elle recevait périodiquement et qui lui rappelaient l’importance de sa collaboration pour améliorer les conditions de vie des enfants les plus vulnérables.
 
Les personnes de son entourage la définissent comme « une bonne personne, agréable et avec un grand sens de civisme à l’égard des autres ». C’est précisément cet esprit généreux et son attitude solidaire qui l’ont poussé à laisser une partie de son héritage à Educo. « Un acte de civisme en plus qui la caractérisait » affirme ses proches.
 
Avec ces quelques lignes nous souhaitons reconnaître son geste et lui transmettre, où qu’elle soit, notre plus sincère remerciement et celui des personnes qui ont bénéficié de son aide.
 

Ces crayons de couleurs
 
Erlinda était l’une des filles marrainées par Libertad. C’est aujourd’hui une jeune fille de 22 ans qui fait preuve de maturité et d’une grande capacité pour affronter les adversités de la vie. Depuis son domicile du Salvador elle nous explique comment toute petite elle a appris la valeur de l’effort. « Quand j’ai commencé à aller à l’école, ma mère me disait toujours : Je vais te laisser y aller jusqu’en troisième année et c’est tout », alors que moi je voulais avoir un diplôme. Le plus difficile ce fut la question économique, car mes parents, même s’ils voulaient que je reçoive une éducation, ne pouvaient pas assumer les frais de ma scolarité. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler quand je suis passée en quatrième année ». C’est juste à ce moment-là qu’Educo est entré dans sa vie. « ils nous ont donné du matériel scolaire, ils venaient et organisaient des journées consacrées à la santé, ils amélioraient l’école et regardaient toujours si nous avions besoin de quelque chose. C’est ce qui m’a fait continuer l’école. »
 
Entre 2005 et 2010, pendant son enseignement primaire, Erlinfa fut marrainée par Libertad. « Ce fut pour moi un privilège d’être marrainée, car ces crayons de couleurs, ces taille-crayons, ces journées de santé, furent une bénédiction. Educo a bâti un pont pour que je puisse aller de l’avant, ils m’ont aidé à réussir ». Grâce à sa ténacité et à ses efforts, Erlinda a terminé son enseignement secondaire et son baccalauréat. Elle travaille actuellement comme secrétaire pour une entreprise et poursuit ses études de Sciences Juridiques à l’Université. Elle veut devenir avocate pour aider sa communauté à défendre ses droits, et surtout, elle veut montrer l’exemple aux enfants qui vivent dans des conditions de pauvreté semblables aux siennes et leur montrer que, en faisant des efforts, ils peuvent aller très loin.
 
Lorsqu’elle se tourne vers le passé, Erlinda a des paroles de remerciements pour Libertad : « Cette grande personne sera récompensée pour toutes les bonnes choses qu’elle a fait. J’apprécie vraiment le sacrifice qu’elle a fait pour moi ». L’argent que nous a laissé Libertad dans son testament sera dirigé à soutenir les droits des enfants qui, comme Erlinda, vivent dans des conditions difficiles et n’ont pas accès à une éducation de qualité.

subir